Depuis une décennie maintenant, les partenaires sociaux ont de grandes difficultés à s’entendre sur une appréciation commune de l’état économique et financier de notre pays. Alors que les uns veulent distribuer les fruits d’une croissance qui fait pâlir de jalousie nos voisins européens, les autres trouvent que le fruit essentiel de la croissance est la destruction de l’environnement, l’embouteillage routier ou l’impossibilité de se loger à un prix décent. Quand les uns prétendent que l’État luxembourgeois et ses caisses de Sécurité sociale nagent dans l’argent, les autres disent que le pays s’endette excessivement et met en péril les générations futures. Lorsque les uns disent que la croissance permet maintenant d’ajuster les pensions à la hausse, les autres expliquent que la croissance ne fait qu’aggraver le déséquilibre structurel d’un système voué à la faillite.