La globalisation et l’intensification des interactions entre entreprises et Etats, individus, société civile, clients etc. ont fortement accentué la responsabilité qu’ont les entreprises, surtout transnationales, pour protéger les droits de l’homme en réduisant, voire éliminant les impacts négatifs de leurs activités en termes économiques, sociaux et environnementaux, et en ouvrant l’accès à des voies de recours.

Issu d’un effort collaboratif visant à relever le rôle de l’Etat et des entreprises dans la protection des droits humains, le premier plan d’action national (PAN) a pour objet de préparer la mise en œuvre des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme.

L’UEL s’est positionnée par rapport au PAN de la manière suivante :

  • La sensibilisation des entreprises est une priorité afin de leur fournir les éléments pour comprendre non seulement les attentes à cet égard, mais aussi l’opportunité que le respect des Principes directeurs peut présenter en termes de compétitivité et de gestion du risque, en particulier de réputation.
  • Les Principes directeurs n’édictent pas de nouvelles obligations juridiquement contraignantes pour les entreprises. La diligence raisonnable prônée dans le plan d’action national reste donc une approche volontaire.
  • Afin d’engager les entreprises dans la voie d’une diligence en matière de droits de l’homme, l’UEL appuie les initiatives de formation à destination des entreprises.
  • La labellisation ESR, octroyée par l’INDR et soutenue par l’UEL, comporte la dimension des droits de l’homme. Les entreprises sont incitées à formaliser leur démarche en se labellisant « ESR – Entreprise responsable » (Stratégie RSE, Gouvernance, Social, Environnement).

Formations « Entreprises et droits de l’homme »

L’INDR organise, en collaboration avec la House of Training, des formations destinées aux entreprises introduisant au thème des droits de l’homme, à la mise en œuvre d’une diligence raisonnable dans la chaîne de valeur de l’entreprise ainsi qu’aux voies de recours. La première formation aura lieu le 14 février 2019 en anglais et à une date ultérieure en français. Ces formations peuvent également être organisées en interne à la demande des entreprises.

Le PAN peut être téléchargé comme suit :

UEL, le 21 janvier 2019

 

Documents

La promotion de la compétitivité de l’économie nationale est un souci majeur et constant de tous les acteurs économiques. Pour assurer une croissance économique durable, pérenniser les systèmes de sécurité sociale et financer le progrès social, il est indispensable d’améliorer constamment l’attractivité et la compétitivité de l’économie luxembourgeoise par la mise en place d’un environnement législatif et réglementaire favorable aux entreprises.

L'UEL élabore, de concert avec ses membres, les positions des entreprises sur des sujets interprofessionnels, les défend auprès des pouvoirs publics et des syndicats et les présente aux médias. L’UEL s’engage activement dans le débat sociopolitique, dans le respect du développement durable et de la responsabilité des entreprises.

 

 

Sur tous les sujets qui sont de son domaine de compétence, l'UEL est régulièrement amenée à élaborer des dossiers de fond pour soutenir ses prises de positions. Les domaines concernés sont : l'économie et la fiscalité, l'emploi et les relations de travail, la sécurité sociale, le développement durable, l'éducation et la formation, la simplification administrative, la concurrence... En toute transparence, l'UEL publie ses réflexions.