EducationL’éducation, la formation professionnelle et la formation continue jouent un rôle vital dans la stratégie économique et sociale d’un pays. Pour être compétitif, un pays a besoin d’un système d’enseignement qui dispense une formation initiale hautement qualitative, qui donne accès à une qualification digne d’intégrer le marché primaire du travail ou à des études de niveau universitaire. Il s’agit pour le système scolaire luxembourgeois d’offrir aux jeunes la meilleure perspective de vie active possible et d’éviter qu’ils ne se retrouvent dans une situation d’exclusion du marché primaire du travail avec toutes les conséquences sociales que cela implique.

La réforme de l’enseignement fondamental et celle de la formation professionnelle sont engagées et devraient rendre les jeunes aptes soit à intégrer le marché du travail soit à poursuivre des études. La réforme en préparation de l’enseignement secondaire devrait offrir un système d’apprentissage mieux orienté vers les compétences de base linguistiques et mathématiques, nécessaires à la poursuite d’études supérieures. Elle devrait en même temps davantage responsabiliser les élèves dans leurs choix tout en enrayant le taux d’échec dû au multilinguisme. Parallèlement à cette réforme, la coordination des services d’orientation devrait conduire à un meilleur accompagnement des élèves dans leurs choix.

De leur côté, les organisations patronales s’engagent à former les personnes en perte d’emploi de façon à leur donner les compétences nécessaires pour réintégrer le marché de l’emploi. A titre d’exemple, l’initiative de l’Institut de formation bancaire fit4finance est adaptée à d’autres secteurs en vue de mieux cibler les formations aux candidats potentiels. Dans le même temps, elles s’engagent chaque année à offrir des postes d’apprentissage en nombre suffisant aux jeunes poursuivant une carrière professionnelle.

L’accord bipartite du 10 décembre 2010 a donné lieu à un relèvement général de 14,5% à 20% de la participation étatique aux frais de formation continue engagés par les entreprises pour leurs salariés. Ce relèvement atteint 35% pour les formations visant les salariés peu qualifiés et les salariés âgés de plus de 45 ans.

Documents

Pour en savoir plus

La promotion de la compétitivité de l’économie nationale est un souci majeur et constant de tous les acteurs économiques. Pour assurer une croissance économique durable, pérenniser les systèmes de sécurité sociale et financer le progrès social, il est indispensable d’améliorer constamment l’attractivité et la compétitivité de l’économie luxembourgeoise par la mise en place d’un environnement législatif et réglementaire favorable aux entreprises.

L'UEL élabore, de concert avec ses membres, les positions des entreprises sur des sujets interprofessionnels, les défend auprès des pouvoirs publics et des syndicats et les présente aux médias. L’UEL s’engage activement dans le débat sociopolitique, dans le respect du développement durable et de la responsabilité des entreprises.

 

 

Sur tous les sujets qui sont de son domaine de compétence, l'UEL est régulièrement amenée à élaborer des dossiers de fond pour soutenir ses prises de positions. Les domaines concernés sont : l'économie et la fiscalité, l'emploi et les relations de travail, la sécurité sociale, le développement durable, l'éducation et la formation, la simplification administrative, la concurrence... En toute transparence, l'UEL publie ses réflexions.